Bref, j’ai le MAM

Le mal des montagnes

Définition du MAM

Le MAM signifie mal aigu des montagnes, appelé aussi plus communément le mal des montagnes ou le mal de l’altitude. On a voulu écrire un article dessus car Vince y est très sensible et on a pas tout de suite compris ce qu’il lui arriverait ;-). Rassurez vous il ne s’agit pas d’une maladie mais ça peut pour certains carrément vous pourrir la vie parfois. Vince l’a vécu 4 ou 5 fois durant notre tour du monde en Amérique du Sud et plus particulièrement en Colombie, Equateur, Pérou et Bolivie dont de nombreuses montagnes dépassent les 4000m voire les 6000m !

Symptômes mal des montagnes

Est ce que ça concerne tout le monde ? Oui et non. Quelque soit les personnes, nos organismes sont soumis à rude épreuve en altitude car l’oxygène se fait plus rare. Pour tous, plus on monte, plus il est difficile de respirer. Pour les personnes les plus sensibles ces difficultés à respirer vont d’accompagner d’autres maux moins sympas : mal de tête en altitude très important (on peut parler de très grosse migraine), nausées, perte d’appétit, perte d’équilibre, grosse fatigue, sensation d’épuisement…

A quelle altitude ?

On peut ressentir le mal des montagnes à de nombreuses altitudes, comme dès 2500m mais c’est plus fréquent ou accentué lorsqu’on approche des 4000m. En fait, l’un des accélérateurs c’est le dénivelé. Si vous faites un fort dénivelé rapidement, vous le sentirez dès 2500m comme cela est arrivé à Vince pour l’ascension du Volcan San Pedro au Guatemala où nous étions partis à 1500m pour atteindre 3000m 2h plus tard…

altitude lac atitlan
A 3000m au somment du volcan San Pedro au Guatemala, Vince est dans le mal

Traitement mal des montagnes

Que faut il faire ? Si ces symptômes se présentent la seule solution efficace et nécessaire c’est de redescendre…et d’essayer de traiter les maux de tête avec du paracétamol. Je dis bien essayer car parfois ça n’est pas suffisant et dans ce cas il faut malheureusement se reposer et prendre son mal en patience.

Comment l’éviter? Malheureusement le remède miracle n’existe pas mais quelques petits trucs peuvent aider ou du moins atténuer un peu les symptômes.

S’acclimater à l’altitude

La première chose c’est d’acclimater son corps a l’altitude et pour cela il faut passer plusieurs jours en altitude avant de se lancer à l’assaut de sommets ! Le mieux si vous le pouvez c’est de monter progressivement par paliers de 500m. Vince s’est même acclimaté et a pu faire le trek d’Uyuni en Bolivie avec plusieurs journées à plus de 4000m sans difficulté.

Médicament mal des montagnes

Niveau médicament, il faut s’équiper en paracétamol et il existe ici un médicament censé aider : le Sorochepill. Il faut prendre un comprimé 30 min avant le début de la montée et un second 8 heures après. Ça semblait efficace les fois où on a testé.

Maté ou feuilles de coca

L’autre tip, plus naturel et plus local, c’est la feuille de Coca. Il est super facile de s’en procurer au Pérou ou en Bolivie. Après au choix de la consommer en infusion avec les célèbres Maté de coca, tout au long de votre trip. L’autre solution c’est de mâcher la coca longuement pendant votre ascension en conservant les feuilles dans la joue ;-). Mais attention on vous prévient c’est franchement pas hyper bon!

Sucre panela

Alternative plus douce et plus sucrée, qu’on ne trouve qu’en Equateur, c’est le panela. C’est un sucre local non raffiné à consommer mélangé à de l’eau ou à croquer pendant l’ascension .

Voila nos petits conseils pour limiter ces petits maux et profiter des merveilles en altitude qu’offrent les pays d’Amérique du Sud

Bref j’ai le MAM

UNE QUESTION OU REACTION ? LAISSEZ UN COMMENTAIRE !